sandwich vang vieng

jours 15, 16 : Vang Vieng

Ne rien faire à Vang Vieng, ça se mérite!  Levé 5h pour aller voir la cérémonie quotidienne des offrandes aux moines le long de Th Kingkitsarat, la rue principale. On tombe en fait sur l’offrande de la connerie alors que les touristes, débarqués par vagues par une horde de minivans, matraquent les moines de leur flash en plein visage. On rejoint ensuite le terminalde bus direction de Vang Vieng. 8h de bus pour… 170 kilomètres! On traverse les montagnes Laotiennes à 40km/h, les paysages sont incroyables, on bat lerecord du nombre de virages avec précipice et sans rambarde de sécurité,  le bus klaxonne avant chaque virage pour prévenir qu’on arrive et qu’on passera pas à deux, et un coq hurle depuis la soute a bagages.On arrive finalement à Vang Vieng et prenons des bungalows sommaires Chez Mango, tenu par Noé (locataire des lieux, le droit à la propriété n’existant pas au Laos,  un des derniers bastions communiste), un Français expatrié depuis 4 ans qui nous parle du coin, du pays, et du CDD de l’amour! Ici, tu dois valider ton mariage au bout de 2 ans pour l’enteriner. Ce qu’il n’a pas fait. On dort au dessus d’un poulailler,  je suis frigorifié,  et réveillé à 4h avec les moines d’à côté qui se servent de tambours comme radio réveil.  Ce matin, on trouve une guesthouse grand luxe pour 3 $ de plus et on decide de se faire plaisir. Après un pancake au Nutella, on est enfin prêt à ne rien faire à Vang Vieng…

ceremonie moines luang prabang

bus luang prabang vang vieng

vang vieng

sandwich vang vieng

smile view vang vieng

pont vang vieng

montgolfiere vang vieng

  1. C’est aussi ça les vacances : ne rien faire. Continue de profiter de ce si beau voyage et merci de nous raconter ton périple. Amuse-toi bien xx

  2. «On traverse les montagnes Laotiennes à 40km/h, les paysages sont incroyables, on bat le record du nombre de virages avec précipice et sans rambarde de sécurité…»

    Hahaha, ça me rappelle de sacrés souvenirs. Je n’avais jamais été aussi secouée en voiture de toute ma vie en faisant la route pour Vang Vieng de Vientiane. Tu sais la poignée de voiture qui est en haut de la tête (j’connais pas le mot exact pour ce machin-là), c’est la première fois que je m’en servais. Mon père roulait à 100km/h; si j’avais le mal de transport, j’aurais vomit ma vie. En passant, tu as oublié de mentionner les animaux qui se baladent en gang pour nous ralentir. On a même dû s’arrêter pour laisser une vache faire ses besoins, là, en plein milieu du chemin; «paysages incroyables», tu l’as dit!

    Mais au moins, la « ride » n’a duré que 2h et demi. :)

Leave A Comment?